« LE PLOGGING – UN CORPS SAIN DANS UN ENVIRONNEMENT SAIN »

plogging

À l’occasion de la « Journée mondiale du nettoyage de notre planète » ce samedi 21 septembre 2019, nous ne pouvions pas laisser filer l’opportunité de présenter le Plogging !

 

Les puristes diront que l’on attaque encore notre langue à coup d’anglicismes barbares !!


Eh bien non, pas cette fois, il faudra en l’occurrence qu’ils jettent leur dévolu sur le suédois, cette langue indo-européenne parlée par … 10 millions de personnes dans le monde et plus précisément en Suède et Finlande ; nous sommes loin d’un envahissement linguistique.
Le plogging est un néologisme issu de la contraction du verbe suédois plocka upp qui signifie ramasser et de …jogging !


Le fait de collecter des déchets en faisant son jogging (évitez pendant les séances de fractionné !!) a été popularisé par un habitant d’Ancenis- St Géréon (Loire-Atlantique).


Nous l’écoutons :
« En 2015, alors que je rentrais de courir, j’ai ramassé un paquet de cigarettes qui avait été jeté sur le trottoir. Avant de le mettre à la poubelle, j’ai pris un selfie. J’ai reçu dix fois plus de commentaires (positifs) que lorsque je postais sur la page Facebook du groupe A YEAR of RUNNING, une photo de ma tête dégoulinante de sueur ! »


Ramasser un déchet lors d’une sortie running ! Avec ce geste simple Nicolas Lemonnier n’imaginait pas l’engouement qu’il allait provoquer.
Après avoir rencontré le patron de Facebook au siège de son entreprise à San Francisco, Nicolas Lemonnier, fonde le groupe « Run Eco Team » !
Soutenue par Mark Zuckerberg , le fondateur et patron du réseau social aux 1,2 milliards d’utilisateurs quotidiens, et que Nicolas a rencontré à San-Francisco fin janvier à l’occasion des 13 ans de Facebook, l’initiative nantaise a fait des émules à travers le monde. « Run Eco Team » compte
17 000 membres dans 19 pays, sur les 5 continents », relate ce jeune ostéopathe.


Voilà pour le lancement.


Comment? Pour qui? Où? Quel matériel ? Avantages? Réflexion ! Méditons !
Comment ?


Possibilité de participer à un événement Run Éco Team ; il en existe dans de très nombreuses villes voire petites communes ; on peut également se créer son propre groupe avec des gens proches ou collègues de travail ou de retraite…


Seule contrainte, trouver un itinéraire prolifique, mais malheureusement les pistes ne manquent pas ! Pour les privilégiés ou les fous (au choix), il est également possible de se rendre au sommet de l’Éverest !

Une poubelle à ciel ouvert où, à défaut de tutoyer les nuages on y ramasse toute la surproduction des alpinistes ! Toutes ces incivilités semblent pourtant peu en adéquation avec ce genre d’aventure ! Pour réfléchir à cette absurdité moderne il faut savoir qu’en 2017, sur le versant Népalais, 25 tonnes de déchets solides et 15 tonnes de déchets humains auraient été descendues ! Un plogging efficace.


Pour qui ?

 

Scéance de course à pied et de ramassage de déchets pour les membres de la Run Eco Team dans le parc de Procé à Nantes. Crée par Nicolas Lemonnier via les réseaux sociaux, le groupe vise à promouvoir le plogging, pratique qui consiste à ramasser les déchets qui jonchent les parcours de course à pied.


Tout le monde peut s’adonner à cette activité citoyenne, pas d’âge requis, il suffit d’adapter la longueur du parcours aux catégories d’âge. La jeune génération est particulièrement sensible à ce genre de démarche. On peut marcher ou courir, pas de chronos à l’arrivée mais malheureusement
parfois des records de honte ! Ceux du poids des déchets collectés!! 


Bon, la bonne idée reste également de pouvoir stocker ces déchets avant leur élimination! Pas question d’imiter les pêcheurs qui rejettent les poissons après leur prise !!


Où ?


Comme vous l’avez compris le terrain de jeu pour ce nouveau sport est immense ! En sortant de chez soi, promenade avec toutou, pendant son entraînement mais aussi à l’occasion de tous nos déplacements. Bien sûr sans omettre de ne pas alimenter ce sport pendant nos compétitions de trail
ou de courses sur route.


Le matériel ?


Sac poubelle, gants de préférence, pince à déchets optionnelle mais permet de ne pas se baisser… un peu de bonne humeur même si parfois l’envie de râler est forte…


Avantages ?


Là encore laissons parler le créateur-fondateur de ces courses écologiques et citoyennes :
« Pour Nicolas Lemonnier ostéopathe de profession, cette activité présente de multiples bénéfices, sur les plans cardio-vasculaire, ligamentaire et articulaire ; à chaque fois que l’on ramasse un déchet on renforce ses articulations porteuses : 1 déchet = 1 squat ; Nicolas Lemonnier conseille également de garder le dos bien droit lorsque l’on fléchit ses jambes ; idéal pour renforcer les muscles des cuisses et des fessiers et comme le running a pour lui la particularité de sécréter le plus d’endorphines ,le bonheur est quasiment dans le pré !!

 

 


Réflexions.


Une réflexion personnelle qui ne vient bien entendu en aucun cas ternir cet engouement.
Oui, l’acte citoyen de laisser une planète ou même un village propre et non souillé de tous ces détritus est à honorer ; je le pratique moi-même lorsque l’occasion m’en est donnée, mais tout cela est-il vraiment raisonnable ?

 

Plogging, « SALISSEZ SANS CRAINTE MESDAMES MESSIEURS !
NOUS NOUS OCCUPONS DE VOS DÉCHETS ! »


Voilà sous un titre un peu provocateur, le résumé d’une impression désagréable que me laissent toutes ces actions qui dans l’absolu, ne devraient pas avoir lieu d’être. Comment peut-on aujourd’hui accepter que des personnes dépourvues de toute conscience civique puissent délibérément souiller notre Terre, celle de nos enfants et des générations futures !


L’obligation de mobiliser d’autres citoyens pour pallier ces comportements irresponsables est simplement inadmissible.
Continuons cependant de nous mobiliser pour contrecarrer cette dérive du « chacun pour soi » et du « après moi le déluge » mais n’oublions pas d’initier un maximum de personnes aux bons gestes. Tout espoir n’est pas perdu et la mobilisation actuelle des jeunes pour ces questions de survie va dans le bon sens.


Méditons :
« Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants »
Citation attribuée à Antoine de Saint Exupéry.

 

Vous pouvez également vous reporter à l’excellente revue de l’écologie Kaizen qui a traité ce sujet.

 


Les derniers articles RunActu:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *