Test frontale, la Go’Lum Piom+, du haut de gamme.

go'lum piom+

La marque Française qui monte à vitesse grand V dans le monde de la frontale avec la Go’lum Piom+

Matériel obligatoire pour tous les traileurs souhaitant s’orienter vers des courses de longues distances. La frontale devient un élément indispensable à la bonne réussite de votre défi. Au même titre, que le choix des chaussures, le choix de la frontale se doit d’être réfléchi et anticipé. On ne rigole pas avec les éléments qui vont assurer votre sécurité lors de votre course. La Go’lum piom+ entre en jeu!

La Go’lum Piom+, une entreprise et une fabrication Française.

La société Go’lum, basée à Lyon, nous propose deux modèles de frontales haut de gamme.

Les dirigeants de Go’lum, depuis le début de leur histoire, font leurs choix de produits en fonction de leurs impacts sur la société et sur l’environnement. La fameuse RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Par exemple, le modèle phare de la marque: la Go’lum Piom+ est conçue et fabriquée en France. Evidemment, le 100% Français est quasi impossible (certains composants électroniques ne sont pas Français) mais de la conception à l’assemblage en passant par la production, une très large part de la « valeur ajoutée » d’une Go’Lum Piom+ vient de France.

Go’lum a également fait le choix de travailler avec un ESAT (établissement et service d’aide par le travail). Le conditionnement et l’envoi de votre future frontale se feront grâce à des personnes en situation de handicap.

Cerise sur le gâteau, l’entreprise s’engage, pour chaque achat à planter un arbre via l’association Reforest’Action.

go'lum

Que pouvons-nous attendre de la Go’lum Piom+?

 

La start-up française a fait le choix de la qualité et du haut de gamme. Si vous vous tournez vers ce modèle de frontale, c’est que vous cherchez du matériel performant.

Les principaux atouts de cette frontale:

  • Catégorie : Lampe frontale haute performance de 1000 lumens.
  • Eclairage : 4 LED pilotées par un driver LED et montées sur deux canaux indépendants permettant d’avoir un faisceau mixte (large et étroit à la fois).
  • Mode d’éclairage : Normal et intelligent. Par simple combinaison des pressions de l’interrupteur.
  • Intensité : 5 niveaux d’intensité ; 80, 160, 300, 500 et 1000 lumens.
  • Poids : 125 g tout compris (lampe, batterie, sangle).

 

 

Pour les amoureux de technologie, je vous laisse découvrir avec plus de précision le choix des matériaux en cliquant par ici. Toutefois, dans ce que j’ai pu comprendre (discours bien trop précis et scientifique pour moi, je l’avoue!!) l’orientation est simple : prendre ce qu’il y a de meilleur.

Vous avez sûrement remarqué que cette frontale possède un mode « intelligent« , je vous explique tout cela dans la partie suivante de l’article.

 

Mon test de la Go’lum Piom+

 

Je vais être honnête tout de suite, je n’ai pas l’habitude de courir avec une frontale. Il est fort probable que certains de mes propos vont vous paraître banals, mais au moins l’article sera accessible à tous!

  

Tout d’abord, à mon sens le sérieux de la marque est visible immédiatement. La lampe est livrée dans un étui noir semi-rigide, qui servira de protection à votre frontale lorsque vous ne l’utiliserez pas. A l’intérieur de cet étui, on y retrouve bien sur la frontale, mais aussi un boîtier avec deux batteries et le chargeur.

Vous avez aussi en bonus, un câble USB et une sangle supplémentaire permettant d’assurer un maintien encore plus précis.

Ah oui, il y a aussi la notice d’utilisation que je vous recommande de lire. La frontale Go’lum Pion+ n’est munie que d’un seul bouton pressoir. Il va donc falloir jouer du clic pour changer de mode d’éclairage.

Des appuis courts pour changer l’intensité, un appui long pour éteindre, une alternance court/long pour aller vers le mode intelligent. Rien de bien sorcier en soi, mais encore faut-il connaître les signaux!

go'lum piom+

Les différents modes d’éclairage

 

La Go’lum Piom+ possède 5 niveaux d’intensité : 80, 160, 300, 500 et 1000 lumens. Jusque-là rien d’exceptionnel pour une frontale visant à concurrencer le marché haut de gamme. Libre à vous d’adapter l’intensité en fonction de votre sortie.

Pour mon test, j’ai fait une sortie complète avec le 1000 lumens, c’est un vrai régal! Alors bien sûr, pour me promener dans le bois près de chez moi, c’était un peu trop. Mais j’ai été vraiment bluffé par la qualité d’éclairage de la lampe. Et je pouvais me projeter sans hésitation sur des terrains plus compliqués et plus sinueux.

Attention tout de même à l’autonomie de la batterie, selon le mode d’éclairage celui-ci varie de 1h40 (1000 lumens) à plus de 28h (80 lumens).

Le mode « intelligent » de la frontale:

Mais venons-en à la partie la plus intéressante de cette frontale, son mode « intelligent« . Après avoir discuté avec Adrien (le fondateur de la marque) j’étais vraiment très intrigué par cette caractéristique.

Alors bien sûr, Adrien n’allait pas me dire du mal de son produit, mais j’ai trouvé son discours très honnête et donnant envie de tester cette particularité originale.

Mon test:

Je suis donc parti en vadrouille, de nuit ( bah oui car en plein jour c’est moins simple de tester une frontale ) avec le mode « intelligent ».

Bien évidemment, je n’avais pas lu la notice donc j’ai passé 5 bonnes minutes à essayer de trouver le fameux mode. 

Bref, ce petit souci réglé j’ai pu m’en donner à cœur joie. Ce mode intelligent est sensé adapter la luminosité à la vitesse de déplacement et également à l’oscillation du corps (de la tête en particulier).

Il va m’être compliqué d’expliquer clairement le rendu, mais en toute objectivité j’ai encore été bluffé par l’efficacité de ce mode. 

En schématisant, lorsque j’étais sur le plat et que je n’allais pas vite, l’intensité était faible. Il me suffisait de faire 2 pas plus vite pour que la frontale le remarque et adapte la puissance.

J’avais du mal à le croire la première fois, je me suis donc mis à faire des sprints de quelques mètres et à stopper net mon effort (oui oui aucun intérêt en terme d’entraînement) et la frontale réagissait dans la seconde après mon arrêt en diminuant l’intensité du faisceau. Impressionnant.

Je me suis alors dit : « ok sur le plat c’est facile » du coup j’ai fait un parcours avec des petites montées et descentes.

Le résultat reste tout aussi bon. Evidemment, lors des montées, pas besoin d’avoir un éclairage maximum, en revanche dès les premiers appuis de la descente (donc augmentation du rythme) l’intensité augmente comme par enchantement.

go'lum piom+

D’après Nicolas Martin, ambassadeur de la marque, l’autonomie avec ce mode d’éclairage serait d’environ 8 heures. Et c’est bien là le gros avantage de ce mode d’éclairage : optimisation et autonomie de la batterie.

Vous l’aurez compris sans mal, cette frontale à tout d’une grande. Ce n’est pas un hasard si plusieurs athlètes de très haut niveau l’utilisent : Lucas Papi, Nicolas Martin, Sylvain Court, Marlyne Nacache…

 

Toutes les infos sur le modèle et sur la marque par ici :

 

Go’Lum Piom+

 

2 thoughts on “Test frontale, la Go’Lum Piom+, du haut de gamme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *