Go’lum sort du confinement et propose un achat solidaire pour chaque achat d’une frontale Go’lum Piom et Piom+. Après avoir adhéré au programme « 1% for the planet » c’est maintenant différentes associations qui vont être soutenues par vos achats.

Une Go’lum Piom + ou Piom d’acheté = 15 € de don à une association

1 Go’Lum = 15€ solidaires !

C’est l’opération que Go’Lum a décidé de lancer pour fêter la fin du confinement !
Tu achètes une Piom ou une Piom+ d’ici le 31/05, Go’Lum fait un don de 15€ à une des associations choisies par ses 9 Go’Luminés.
Ces sportifs de haut niveau, qui partagent les valeurs sportives et humaines de Go’Lum, ont tous été enthousiastes à l’idée de rejoindre cette démarche solidaire.

Adrien, gérant Go’lum

Les différents ambassadeurs de la marque ont en effet tous choisis une association à soutenir:

  • Luca Papi et Axel Carion ont choisi Les joelettes du bout du monde, qui font participer des personnes malades ou à mobilité réduite à des courses à pied en les transportant à bord de « Joëlettes » (et sur tout terrain !).
  • Nicolas Martin et Jarno Legros ont choisi Emmaüs, qui agit partout en France pour accueillir, héberger, et accompagner les plus démunis dans leur réinsertion. Devant la crise COVID-19, l’asso est en danger et fait appel aux dons pour la première fois en 70 ans.
  • Alvin Lair et Stéphane Ricard ont choisi Vaincre la Mucoviscidose, qui accompagne les malades et leurs familles dans chaque aspect de leur vie bouleversée par la mucoviscidose.
  • Maryline Nakache a choisi panier pour 1 foyer, initiative mise en place par l’Ultra Trail Atlas Toubkal pour subvenir aux besoins alimentaires des villages isolés et sans ressources du Haut Atlas du fait de la crise COVID-19.
  • Aurélien Collet a choisi Elise Princesse courageuse, pour faire avancer la recherche sur les cancers infantiles, améliorer la prise en charge des enfants et leurs familles.
  • Marie Perrier a choisi Passerelles, qui réalise sur le terrain des missions humanitaires médico-chirurgicales, des missions de développement et de construction d’infrastructures opérationnelles et durables.

Pour découvrir les produits Go’lum, c’est par ici : frontale Piom + et Piom

test go'lum frontale piom+

Test de la Go’Lum Piom +, la frontale avec un éclairage intelligent , révolutionnaire !

Le test complet de la Go’lum Piom+ est à découvrir dans cet article dont voici un court extrait sur le mode éclairage intelligent.

LE MODE « INTELLIGENT » DE LA FRONTALE:

Mais venons-en à la partie la plus intéressante de cette frontale, son mode « intelligent« . Après avoir discuté avec Adrien (le fondateur de la marque) j’étais vraiment très intrigué par cette caractéristique.

Alors bien sûr, Adrien n’allait pas me dire du mal de son produit, mais j’ai trouvé son discours très honnête et donnant envie de tester cette particularité originale.

MON TEST:

Je suis donc parti en vadrouille, de nuit ( bah oui car en plein jour c’est moins simple de tester une frontale ) avec le mode « intelligent ».

Bien évidemment, je n’avais pas lu la notice donc j’ai passé 5 bonnes minutes à essayer de trouver le fameux mode. 

Bref, ce petit souci réglé j’ai pu m’en donner à cœur joie. Ce mode intelligent est sensé adapter la luminosité à la vitesse de déplacement et également à l’oscillation du corps (de la tête en particulier).

Il va m’être compliqué d’expliquer clairement le rendu, mais en toute objectivité j’ai encore été bluffé par l’efficacité de ce mode. 

En schématisant, lorsque j’étais sur le plat et que je n’allais pas vite, l’intensité était faible. Il me suffisait de faire 2 pas plus vite pour que la frontale le remarque et adapte la puissance.

J’avais du mal à le croire la première fois, je me suis donc mis à faire des sprints de quelques mètres et à stopper net mon effort (oui oui aucun intérêt en terme d’entraînement) et la frontale réagissait dans la seconde après mon arrêt en diminuant l’intensité du faisceau. Impressionnant.

Je me suis alors dit : « ok sur le plat c’est facile » du coup j’ai fait un parcours avec des petites montées et descentes.

Le résultat reste tout aussi bon. Evidemment, lors des montées, pas besoin d’avoir un éclairage maximum, en revanche dès les premiers appuis de la descente (donc augmentation du rythme) l’intensité augmente comme par enchantement.